Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site
Site gratuit créé sur
Cabinet de Kinésithérapie  

Harzé - Aywaille - Ferrière -Stoumont

Suivez-nous !

le vrac à info

Groupe de parole. Un bébé, zéro tabou

07/03/2023

Groupe de parole. Un bébé, zéro tabou

Tu es enceinte? Tu vas devenir parent, Bébé est déjà là?

Tu te rend compte que tout n'est pas rose?

Il y a un groupe de parole sur la province de Liège animé par Aurore Georges, sage-femme et Caroline Frischen, psychologue.

C'est un endroit pour en parler, pour écouter, se sentir rassurer et vous rendre compte que vous n'êtes pas seul dans ce cas..
Simplement écouter, échanger et passer un moment de détente...

Si vous en éprouvez le besoin, n'hésitez pas!!

 

Aurore Georges 0478 21 66 60

Caroline Frischen 0494 11 05 36

 

unbebezerotabon@gmail.com

"Un bébé, zéro tabbou"

 

 

 

Porter bébé verticalement ou horizontalement et pourquoi?

23/08/2022

Porter bébé verticalement ou horizontalement et pourquoi?

Nous avons tous l'image bien ancrée, vue dans les histoires, les films et autre, du nourrisson que l'on berce horizontalement dans nos deux bras rassemblés. Dans ces fictions, l'enfant se calme grâce à cette position et ces mouvements. Et en vrai ?

 

Nous pouvons observer qu'effectivement les bercements apaisent l'enfant.

Par contre, la position horizontale n'est souvent pas la plus efficace.

 

En portage physiologique, nous conseillons plutôt les positions verticales pour plusieurs raisons :

 

Tout d'abord, pendant les premières semaines de vie, la motricité volontaire de l'enfant se situe principalement au niveau de la tête et du coup. Leur musculature n'étant pas encore très forte, de par la gravité, le simple fait de les allonger rend les mouvements du cou difficiles voir impossibles pour les tout-petits. Hors, leur donner la possibilité de mobiliser cette région du corps leur permet de pouvoir diminuer certaine tension musculaire et de se mettre dans la position qu'il leur est préférable.

 

Ensuite, la verticalité améliore la digestion. (c'est toujours utile)

 

Et pour finir, dans les positions verticales faces au porteur, l'enfant participe activement au portage ce qui améliore sa psychomotricité.

 

Si vous voulez faire l'expérience, garder en tête que l'enfant sera mieux placé et plus confortable s'il est porté avec ses genoux situés plus haut que le niveau de son bassin.

 

Bon portage!

Stress, hormone et cerveau.

01/06/2022

Stress, hormone et cerveau.

Définition du terme « Stress » par le Docteur Hans Selye :


« Agression de l’organisme par un agent physique, psychique, émotionnel entraînant un
déséquilibre qui doit être compensé par un travail d’adaptation ; agent qui agresse ; tension
nerveuse, contrainte de l’organisme face à un choc (événement soudain, traumatisme,
sensation forte, bruit, surmenage) ; état d’une personne soumise à cette tension » (Selye Hans,

Le Stress de la vie, 1956) .


Lorsqu’un sujet de stress est enregistré au niveau cérébral, l’amygdale, les voies visuelles
et sous corticale sont activées. Le système sympathique est activé et les glandes
médullosurrénales produisent alors l’adrénaline puis la noradrénaline. L’hypothalamus
sécrète la corticotropin releasing hormone (CRH) et la vasopressine destinées à
l’hypophyse qui sécrète alors l’adrénocorticotrophine (ACTH). L'ACTH agit à son tour sur
les cellules de la cortico-­‐surrénale qui libèrent le cortisol.


Une fois libérée le cortisol agit dans tout l’organisme, y compris le cerveau

 

Sur le plan physiologique, le stress se traduit par:

  1. Une augmentation de la fréquence cardio-­‐respiratoire, une vasodilatation dans les
    tissus musculaires et une augmentation de la tension.
  2. Une analgésie.
  3. Une mobilisation d'énergie: augmentation du captage du glucose par les muscles
    et accroissement de la force musculaire, augmentation de la néoglucogenèse
    (foie), d'acides aminés (muscles) et d'acides gras libres (tissus adipeux) et baisse
    de synthèse des acides gras.
  4. Un ralentissement de la digestion et de la croissance et une baisse de l'immunité
    et de la reproduction.

 

Alors que le stress occasionnel a peu de répercussion sur l’organisme, le stress chronique
est affaiblissant. L’organisme exposé de façon prolongée et répétée avec l’agent
stressant et est donc en mode « alerte » en continu. Les hormones sont sécrétées sans
interruption pouvant mener à l’épuisement de l’organisme.

 

Le stress mobilisant une grande quantité d’énergie, l’exposition prolongée ou répétée à
l’agent stressant épuise les capacités énergétiques de l’organisme avec pour
conséquence une baisse de la glycémie et donc un épuisement des ressources cellulaires.
Parallèlement à cette carence énergétique, toute une partie des fonctions de l’organisme
ne sont peu ou plus assurées. Il s’agit par exemple de la digestion, du système
immunitaire, de la guérison, de la croissance, etc.